Phytothérapie

C’est bien connu : les médicaments classiques provoquent des effets secondaires importants voire handicapants. On estime d’ailleurs que 10 à 20% des hospitalisations sont dues aux effets secondaires trop agressifs des médicaments chimiques. Heureusement, les médecines naturelles opèrent leur grand retour pour redonner goût aux plantes. Tisanes, gélules à base de plantes, huiles essentielles, élixirs floraux… La phytothérapie offre toute une panoplie de produits d’origine végétale pour traiter les maux du quotidien, tout comme les maladies les plus sévères.

La phytothérapie, c’est quoi ?

Médecine millénaire à base de plantes, la phytothérapie est une méthode thérapeutique largement utilisée dans le monde. Utilisée aussi bien pour traiter que pour prévenir, elle s’avère efficace lorsqu’on choisit les bonnes plantes ou les bons extraits végétaux. Il existe différentes écoles en phytothérapie :

  • certains phytothérapeutes privilégient une approche holistique, s’intéressant ainsi aux effets globaux de la plante sur tout le corps ;
  • d’autres professionnels s’appuient sur les connaissances biochimiques pour se concentrer davantage sur les symptômes des maladies et l’action de chaque principe actif.

Il existe également de nouvelles écoles qui préconisent la combinaison de la phytothérapie avec d’autres techniques, comme la gestion du stress, le bien-être ou encore la kinésithérapie. Cette association permet notamment de multiplier les effets bénéfiques de la phytothérapie et de prendre en charge toutes les problématiques du patient.

D’un point de vue étymologique, le terme « phytothérapie » vient des mots grecs « φυτο et de θεραπεία », qui signifient respectivement « plante » et « se soigner ». Parfois appelée herboristerie, la phytothérapie a été utilisée dès l’an 3000 av. J-C. Jadis, les Grecs, les Romains et les Sumériens étaient les plus adeptes de cette pratique millénaire, qui préconisait l’utilisation de plantes relativement peu nombreuses, comme le thym, le myrte et le chanvre.

Phytothérapie : des bienfaits thérapeutiques incontestables

Les vertus préventives et curatives des plantes sont reconnues depuis longtemps par la communauté scientifique. Cette dernière reconnaît d’ailleurs que les principales plantes utilisées en phytothérapie ne présentent pratiquement pas d’effets secondaires. Voilà pourquoi les plantes s’intègrent de plus en plus dans le milieu médical.

Il faut savoir que les plantes possèdent des principes actifs très puissants. Que ce soit dans l’écorce, les racines, les feuilles, les fruits ou la résine, le potentiel thérapeutique des plantes varie d’une espèce à l’autre et d’une partie à l’autre. Quoi qu’il en soit, la phytothérapie ouvre un très large champ d’intervention thérapeutique : allant de la grande camomille contre migraine, au ginseng pour tonifier les muscles, en passant par la sauge contre les règles douloureuses. Aussi, par son action douce et profonde, la phytothérapie apparaît comme la solution idéale contre les troubles qui caractérisent la société moderne : le stress, la prise de poids, l’obésité ou encore l’insomnie.

La phytothérapie : tisane, gélule ou liquide ?

La phytothérapie a considérablement évolué ces dernières années : aux formes traditionnelles que sont les huiles médicinales ont succédé les gélules et sirops constitués à partir des principes actifs végétaux.

Ainsi, la tisane a conservé sa popularité, grâce à sa simplicité d’utilisation. Consistant tout simplement à ajouter de l’eau chaude sur les végétaux, l’infusion peut être utilisée sur de nombreuses plantes. En fonction de l’espèce végétale, la macération nécessite, quant à elle, quelques heures pour que la plante puisse délivrer ses vertus.

La phytothérapie a également bénéficié de la médecine moderne pour se décliner dans des formats plus pratiques et plus courants, comme les gélules et les extraits liquides. Ces derniers sont effectivement plus faciles à administrer et à conserver. Mais si la tisane reste un remède efficace, les extraits liquides contiennent, quant à eux, les molécules actives de la plante, son eau cellulaire et son énergie.