Georges Méric s'inquiète de la décision du Gouvernement d'arrêter les contrats aidés (Archives, DR).

Georges Méric s’inquiète de la décision du Gouvernement d’arrêter les contrats aidés (Archives, DR).

Alors que le Gouvernement a décidé de mettre fin aux contrats aidés, les inquiétudes naissent sur tout le territoire. La Haute-Garonne ne fait pas exception. Les associations comme les collectivités locales s’inquiètent pour l’avenir de leurs emplois aidés, souvent indispensable pour leur fonctionnement quotidien. Voici la réaction de Georges Méric, le président du Département de la Haute-Garonne.

«La suppression des emplois aidés annoncée par le gouvernement d’Edouard Philippe est fort regrettable et aberrante, dans une période où nous devons tous rester mobilisés pour mener un combat de front contre le chômage. L’insertion des personnes les plus éloignées de l’emploi doit rester une priorité.

Les emplois d’avenir ont démontré leur efficacité pour amortir le choc de la crise qui frappe de plein fouet les jeunes, notamment les moins qualifiés. Au Conseil départemental, nous avions décidé de les doubler d’ici 3 ans.

En plus de fournir un emploi et un revenu, ce dispositif d’insertion permet aux jeunes d’obtenir une formation qualifiante pour une insertion professionnelle à long terme. Au 1er septembre 2017, près de 60% des Emplois d’avenir ont été embauchés par le Département à l’issue de leur contrat.

Supprimer ce dispositif d’insertion, ce serait aussi mettre en péril le monde associatif et les communes, grands pourvoyeurs de ces contrats devenus nécessaires pour maintenir un service de qualité dans un contexte budgétaire de plus en plus contraint.

Nous condamnons cette décision prise sans concertation ni évaluation sérieuse, qui semble plus tenir d’une logique comptable et dogmatique que d’une réflexion de fond sur l’insertion des plus fragiles.»

Pyrénéesinfo Toulouse, Communiqué.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*