toulouse ville rose

Située dans la partie Sud de la France, entre Méditerranée et Atlantique, Toulouse est le chef-lieu de la région Occitanie et le siège de la métropole. C’est une ville très reconnue par l’existence des sites d’Airbus et par son sport emblématique, le rugby à XV. Elle a été dénommée auparavant « cité des violettes » en ayant déployé la culture de cette fleur au XIXe siècle, plus rarement « cité Mondine » pour faire référence à la dynastie de ses comtes, nommés parfois Raymond, avant de devenir la « ville rose ». Pourquoi Toulouse s’appelle-t-elle ainsi ? Suivez le guide !

Toulouse avant cette appellation

Si actuellement vous visitez Toulouse, vous serez attiré immédiatement par la couleur éminemment rose couvrant la ville, notamment le soir, au coucher du soleil. C’est l’une des cités qui bénéficient d’une architecture caractéristique en France. Mais cela n’a pas été le cas avant, selon les historiens.

En fait, tous les toulousains sont contraints de blanchir leur façade au XVIIIème siècle, suite à un arrêté capitulaire à des fins esthétiques et d’hygiène publique. Ils doivent utiliser à ce titre du « blanc céruse ». Il s’agit d’un pigment synthétique ou d’une peinture à l’huile blanc opaque, à base de plomb.

Cette peinture offre la possibilité de faire réfléchir la lumière artificielle pour se laisser apparaitre dans les rues. En plus, cette coloration est incitée grâce à la volonté d’imiter la pierre. Vous pouvez même découvrir dans les archives municipales des faits qui témoignent ces évènements.

A partir de 1949, les élus de l’époque veulent effacer progressivement les façades en blanc. Des empreintes restent toujours visibles dans la rue des Marchands, à côté de la place de la Trinité.

L’origine de l’appellation de la Toulouse « ville rose »

On surnomme Paris la « ville lumière » en raison de la naissance du premier éclairage public sous Louis XIV l’année 1665 dans cette cité. A cela s’ajoute l’apparition du premier établissement de lanternes. Marseille est dénommée auparavant la « cité phocéenne » étant donné que les marins grecs issus de la ville de Phocée ont créé son port vers l’année -600 avant Jésus Christ. Leur objectif à l’époque est de fuir les invasions perses.

Chaque ville de France bénéficie son charmant surnom. Pourtant la plupart des gens ne connaissent même pas son origine. Ainsi, Toulouse est surnommée la « ville rose », dû au fait de nombreuses bâtisses construites avec des briques en terre cuite de cette couleur. Ce titre lui est attribué par les professionnels du tourisme en 1906.

Abondante dans la région, l’argile est très plébiscitée pour les constructions. C’est le matériau primaire qui sert à fabriquer les briques romaines (appelées aussi briques foraines) et les tuiles toulousaines. Les romains ont installé à Toulouse de nombreuses briqueteries, ce qui rend la ville rose. Il est à noter que ces briques sont très spécifiques de par leurs dimensions uniques : 42 x 28 x 5 cm.

Si la métropole est appelée « ville rose », elle fait référence à la couleur des murs et des toits. Ceux-ci virent au rose le matin, rouge à midi et prennent la teinte pourpre le soir.

Historique de la ville

Il y a encore 2000 ans, Toulouse était une ville blanche. En constatant qu’elle n’attire pas beaucoup les touristes, les premiers syndicats d’initiative y sont fondés en 1903. Ils visent à retenir le maximum possible des visiteurs qui passent dans la région et qui rejoignaient directement les Pyrénées auparavant. L’appellation « Ville rose » est née en 1906 de par la couverture du guide du syndicat d’initiative.

Mais d’autres historiens évoquent des concepts assez différents sur l’origine de ce titre. Tel est le cas de l’historienne Luce Barlangue, qui a publié dans son œuvre que cette désignation est inventée par une communauté de poètes toulousains de l’Académie des Jeux floraux.

En fait, ces versificateurs considèrent Toulouse comme une femme charnelle, évoquant la féminité. Dans un air poétique, cette dernière rime avec la séduction, la sensualité, la jeunesse, la fragilité, la poésie, des caractères relatifs à la rose.

Dans la réalité des choses, la couleur rose en atterrissant au cœur de la cité est très frappante. Allant des bâtiments publics aux demeures particulières, cette teinte si chatoyante caractérise bel est bien la ville, qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Entre autres, les logements du centre-ville vont du rose clair à l’orange soutenu.